Le dernier bulletin du Rixensart info (nr 306, février 2021) a fait la part belle à la présentation du budget 2021 de la commune. Belle opération de communication qui, comme telle, ne reflète évidemment que le regard de ses auteurs, le Collège communal. Un autre regard est possible…

 

Un budget tardif

 

Tout d’abord, ce budget vient tard. La crise du covid est passée par là. Notons qu’elle n’a toutefois pas empêché la plupart des communes voisines de respecter les délais normaux. Ce n’est pas qu’une formalité : ce retard aura des incidences sur la mise en route des projets.

 

Vu les circonstances, OK pour le budget des opérations courantes (budget ordinaire)

 

En conseil communal, Ecolo a approuvé une partie du budget, celle des opérations courantes (budget ordinaire).

Nous avions pourtant des réserves à formuler.

Tout d’abord, l’équilibre recettes/dépenses est fragile (le solde est proche de 0) et surtout, il n’a pu être obtenu que par prélèvement sur les provisions (350.000 euros) et par l’inscription de recettes fictives (400.000 euros).

Précisons bien que ces opérations visant à combler le déficit courant sont autorisées par la tutelle et restent dans les limites légales. L’inscription d’une ligne de recettes fictives est d’ailleurs de pratique courante depuis plusieurs années. Ajoutons qu’une bonne partie de ces montants seront comblés naturellement par l’abandon d’une série de dépenses en cours d’année. Lesquelles ? Pas d’informations précises. Nous n’en aurons que plus tard, lors de la première modification.

Ensuite, nous nous étions opposés à deux mesures importantes : la hausse de la fiscalité « déchets » et celle du précompte immobilier. Ce ne sont pas des détails : ces postes représentent près de 40% des recettes courantes de la commune. Nous avions précédemment émis des propositions alternatives, plus équitables pour les habitants, sans avoir été entendus. Sur ces points, le budget 2021 n’a pas changé de cap et maintenu une orientation à nos yeux erronée.

 

Pourquoi avoir approuvé ce budget des opérations courantes alors ?

 

Parce qu’il est indéniable que les finances communales souffrent de la crise sanitaire. Rixensart n’y échappe pas et nous ne voulions pas nous opposer aux mesures de sauvegarde à court terme de l’équilibre financier.

Parce que ce budget prévoit des mesures significatives de soutien et de relance pour différents secteurs : les associations, la culture, le sport, le commerce. Ici aussi, nous manquons de précisions à ce stade mais les intentions vont dans le bon sens.

Au final, va donc pour le budget courant.

 

Des réserves importantes pour le budget des investissements (budget extraordinaire)

 

En revanche, le budget des investissements (budget extraordinaire) pose problème.

D’abord, il est pléthorique. La liste des investissements est impressionnante. Près de 14 millions d’euros ! On sait que tout ne se réalisera pas cette année (d’autant que, rappelons-le, le budget a été présenté en retard). En termes de réalisations, on peut s’attendre au maximum à un quart du total. Quels projets pourront avancer en 2021 ? Impossible à deviner. Aucune priorité n’est définie, aucun planning n’est établi. Ce manque de transparence est vraiment problématique pour juger de la qualité et de la pertinence de ce budget d’investissements.

Ensuite, ce « catalogue des bonnes intentions » cache des déséquilibres. Par exemple, les montants prévus pour le logement, avec seulement 0,8% du total pour des acquisitions immobilières, est vraiment dérisoire. La crise du logement est criante et les ménages modestes ne trouvent plus à se loger à Rixensart. Le manque de dynamisme du Collège en matière de logement public est vraiment regrettable (voir à ce sujet notre « Tribune des conseillers » dans le prochain Rixensart info).

Enfin, un projet nous heurte depuis longtemps. Il s’intitule « Aménagement rue de La Hulpe – Abords de l’école » et est estimé au minimum à 950.000 € à charge de la commune, et à plus d’1 million d’euros à charge de la Région. Il s’agit de sécuriser les accès en voiture à l’école de Rosières en créant une nouvelle bretelle d’autoroute à la sortie Rosières de la E411, un rond-point au débouché de celle-ci sur la rue de La Hulpe et une cinquantaine d’emplacements de parking dans la zone d’espaces verts toute proche. Outre le cout énorme de ce projet, nous avons regretté le manque d’attention pour la mobilité cycliste et piétonne et la destruction d’espaces verts (classés !), le tout au profit de la voiture. Le collège n’en démord pas : la voiture reste le mode de déplacement principal et la sécurité des enfants n’a pas de prix, dit-il. Nous avions pourtant fait des contre-propositions qui, tout en respectant la sécurité des enfants, réduisait quelque peu le cout du projet et surtout l’emprise sur la zone d’espaces verts. Rien n’y a fait. En conséquence, nous nous sommes opposés à cette ligne budgétaire.

Au total, vu les trop nombreuses réserves, nous nous sommes abstenus sur le budget des investissements.

Si vous êtes intéressés par les finances communales, si vous avez des questions ou observations, n’hésitez pas à nous contacter. Nous restons à votre disposition !

Share This