Le coût des déchets en constante augmentation

 

Un premier objectif atteint

 

D’après le rapport annuel 2020 de l’InBW, la production de déchets résiduels à Rixensart a diminué de plus de 30%, classant désormais notre commune parmi celles produisant le moins de déchets résiduels en Brabant wallon. Ensemble, nous avons donc franchi cette première étape importante vers une réduction globale des déchets (résiduels, organiques, PMC, cartons, etc.) et ce, grâce aux efforts de l’ensemble des Rixensartois. Ce n’est toutefois qu’une première étape car il faut constater, par ailleurs, une augmentation équivalente des autres fractions de déchets : encombrants, organiques, papiers-cartons, verres, etc.

 

Une nouvelle hausse de la taxe déchets

 

D’un autre côté, les coûts liés à la collecte et au traitement des déchets ne cessent d’augmenter.

Pour « équilibrer » le coût-vérité, la majorité NAP-MR/SolidaRix a choisi une augmentation de la taxe pour 2022, incluant :

  • Une taxe forfaitaire augmentée de 2 euros par habitant ;
  • Un service minimum réduit pour les déchets résiduels à 22,5 kg/personne (26,25 pour les isolés) et un nombre de levées réduit à 8 ;
  • Des taxes proportionnelles augmentées pour les déchets résiduels.

 

Ecolo regrette l’augmentation de la taxe forfaitaire

 

Ecolo a toujours plaidé en faveur d’une politique incitative de réduction des déchets qui se traduit par une taxe forfaitaire stable et une taxe proportionnelle qui peut augmenter afin d’absorber l’augmentation des coûts.

Ecolo regrette dès lors le choix d’une augmentation de la taxe forfaitaire et plaide pour le maintien des montants prévus en 2021, ce qui nous amènerait, selon nos calculs, à un coût-vérité de 98%, correspondant au taux appliqué en 2020 et 2021.

 

Parc à conteneurs : Ecolo demande un contrôle d’accès

 

Le coût des parcs à conteneurs, soit 26,75 €/habitant, augmente chaque année de 2€/habitant et représente plus d’un tiers (35,2%) des coûts totaux des déchets pour la commune.

La gestion  et le coût des parcs sont mutualisés sur la province mais la commune nous semble pouvoir jouer un certain rôle pour tempérer dans une certaine mesure cette augmentation. En effet, le contrôle d’accès permettrait de limiter l’utilisation du parc à conteneurs par des citoyens de communes limitrophes ou d’entrepreneurs pour lesquels d’autres systèmes payants sont prévus.  

 

Le service minimum pour les ménages « Exemptés sac » nous semble inéquitable

 

Les ménages « Exemptés sac » sont ceux qui n’ont pas la possibilité de stocker les poubelles à puce ou de les déposer à rue et qui utilisent dès lors des sacs poubelles, sans distinction entre le résiduel et l’organique. Ce statut n’est pas un choix de leur part et concerne actuellement 12% des ménages rixensartois. À titre indicatif, le prix d’un sac de 60L est désormais de 3,75€.

 

Le problème d’équité vient selon nous du fait que pour les ménages utilisant des sacs, le service minimum (déchets résiduels et organiques) mis gratuitement à leur disposition est calculé en comparaison avec la partie résiduelle du service minimum des ménages utilisant les conteneurs à puce, en occultant le fait que ces derniers bénéficient aussi d’un service minimum pour l’organique.

 

Exemple concret : soit une famille de 4 personnes qui atteint tout juste les kilos et levées compris dans le service minimum tel que prévu pour les poubelles à puce. Ce ménage paiera, en 2022, une taxe déchets de 173€ sans aucun supplément. Par contre, dans le régime  « Exemptés sacs », cette même famille, sur base du même nombre de kilos de déchets, paierait 244,25 euros en 2022, soit 41% en plus.

 

Comme les « exemptés sac » sont défavorisés par l’absence de distinction entre déchets résiduels et organiques, nous avons plaidé à la fois pour une sensibilisation auprès de ces ménages par rapport aux possibilités d’accès à une poubelle organique (conteneur ou enterré) mais  également pour une augmentation du nombre de sacs mis à leur disposition dans le cadre du service minimum.

 

Si nous nous réjouissons de la diminution de production de déchets résiduels suite à la mise en place des poubelles à puce, notre groupe Ecolo plaide pour une amélioration du système de taxation des déchets et propose trois axes d’améliorations : un meilleur équilibre taxe forfaitaire/coûts supplémentaires afin de mieux tendre vers le principe du « pollueur-payeur »,  une meilleure maîtrise des coûts du parc à conteneurs et une solution plus équitable pour les ménages « exemptés sac ».

Votre groupe des conseillers communaux Ecolo : Vincent Darmstaedter, Amandine Honhon, Alain Kinsella, Philippe Lauwers, Fabienne Petiberghein et Charlotte Rigo.

Share This