C’est grâce aux arbres que nous sommes là aujourd’hui. Ce sont eux qui ont rendu notre atmosphère respirable. Les arbres ont une capacité de stockage du CO2 phénoménale et à condition d’en planter beaucoup, ils pourraient être la meilleure arme qui soit dans le cadre du changement climatique. Ils absorbent une partie des gaz polluants et des particules en suspension produites par la circulation automobile. Ils servent de climatiseurs naturels en été car ils refroidissent l’atmosphère et sont bénéfiques pour notre santé et notre bien-être. De nombreuses études scientifiques menées ces dernières années ont indiqué, grâce aux phytoncides, ces molécules sécrétées par les arbres et absorbées par la peau et les voies respiratoires, les arbres réduisent notre stress et augmentent notre immunité. 

Nous avons donc une solution économique et naturelle pour relever de nombreux défis, reconnue par les experts du monde entier : préserver et planter des arbres.

S’il est parfois nécessaire et légitime de procéder à des abattages, il est essentiel de prendre les mesures utiles pour les protéger. 

La préservation de l’environnement est un point phare de la Déclaration de politique communale (DPC) de Rixensart : gestion durable, CLIMARIX, à l’évocation du cadre de vie, l’un des enjeux spécifiques de cette DPC, on peut lire ce qui suit:

“L’environnement naturel doit être préservé’ »

Durant ce confinement, nombre de Rixensartois-e-s ont été amenés à prendre le temps de se promener seul ou en famille, de parcourir la commune à pieds ou à vélo, d’emprunter des sentiers, de redécouvrir voire découvrir son environnement, de renouer avec un patrimoine naturel de grande valeur.

Mais cette période a également été l’occasion pour certains de constater le nombre d’abattages massifs d’arbres pratiqués sur terrains privés: coupes à blanc, d’engins de chantier destructeurs de la faune et la flore, des hectares de forêts partis en fumée, même en pleine période de nidification, des flambées de houppiers, des arbres remarquables mal protégés, des arbres centenaires abattus sans aucune obligation de replanter en compensation, des atteintes à des zones pourtant protégées. Ces abattages massifs d’arbres peuvent avoir lieu dans des zones reconnues comme étant de grand intérêt biologique et des sites classés Natura 2000.

Pourquoi vivons-nous une telle situation ? 

 

Parce que la législation wallonne est devenue trop laxiste en matière de préservation de la biodiversité.

Parce que les ressources humaines manquent, tant au niveau communal que régional.

Depuis le 1er juin 2017, le Code de Développement du Territoire (CoDT) est en vigueur, une réforme qui aura facilité la vie des promoteurs et qui impose bien moins de contraintes aux propriétaires privés que sous CWATUPE (prédécesseur du CoDT) en matière de protection de la flore et de la faune.

Que faut-il faire?

 

Il est grand temps que Rixensart, deuxième commune la plus densément peuplée et urbanisée mais toujours forte de ses 257 hectares de bois, puisse préserver activement son poumon vert, avec l’appui des associations locales et des Rixensartois-e-s.

Notre commune mérite de disposer d’un cadre légal solide, de ressources et de moyens adaptés afin de réguler, recenser, diagnostiquer, opérer les contrôles et gérer le patrimoine vert durablement en collaboration avec le Plan Communal de Développement de la Nature (PCDN),  les instances régionales, les associations (Natagora, Arborescence,…).

Il est essentiel de mener des campagnes de sensibilisation et d’information, rappel des périodes de nidification, campagne incitative à la replantation, recensement des espèces protégées via une application communale, il y a foison de solutions.

Il est également indispensable que les communes wallonnes soient mieux soutenues par la législation régionale. Les insécurités juridiques entravent les communes et empêchent des politiques plus volontaristes en matière environnementale.

Nous demandons une révision du CoDT afin d’offrir notamment une meilleure protection aux arbres et haies remarquables.

Ecolo Rixensart a soulevé, au Conseil communal de ce mercredi 27 mai 2020, ses inquiétudes et la nécessité d’agir en la matière. Ecolo Rixensart a demandé au Collège quels sont les constats et mesures prises et/ou envisageables à court et moyen terme, et ce en concertation avec le niveau régional?

Le Collège nous a informé de travaux quant à une révision de la réglementation et avoir pris des dispositions vis-à-vis de certains abattages survenus sur son territoire. Le Collège s’est également engagé à écrire au gouvernement wallon afin de signaler la nécessité de revoir le CoDT en vue de renforcer la protection de la biodiversité et notamment celle des arbres remarquables.

Share This